Retour à la page d'accueil Retour à la page d'accueil


Introduction des reines

par Doug McCutcheon, Armstrong, BC, Canada
Traduction Michèle Faucon

Article paru aux 299 à 311 du n° 185 de La Santé de l'Abeille
Avec l'aimable autorisation de la revue "La Santé de l'Abeille"

Dans cet article, l'auteur examine l'ensemble des éléments relatifs à l'introduction des reines : raisons de l'introduction, histoire du remérage, conditions nécessaires pour réussir l'introduction, les méthodes d'introduction.

punaise.gif (183 octets)Introduction

L'introduction des reines est la procédure utilisée pour fournir une reine à une colonie d'abeilles (Apis mellifera). Une introduction de reines couronnée de succès demande une préparation soigneuse et de bonnes conditions. Même avec cela l'introduction peut ne pas réussir. Vers la fin des années 1800, J. E. Pond affirmait : " D'aussi loin que je me souvienne, il n'y a absolument aucune méthode sûre d'introduction ". En 1871-1872, Miller signale qu'une " méthode sûre " d'introduction des reines était de libérer la reine avec le couvain naissant. En 1997, le Dr H. N. Laidlaw déclarait " sauf en plaçant une reine dans un cadre d'abeilles naissantes, les méthodes d'introduction des reines ne sont pas infaillibles ".

punaise.gif (183 octets)Pourquoi introduire des reines ?


Une première étape avant l'introduction de la reine
Il est nécessaire d'introduire une reine dans une colonie qui est orpheline ou pour remérer lorsque la reine est de mauvaise qualité. Une colonie avec une reine faible peut avoir une quantité réduite de couvain ou du couvain " en mosaïque ", ainsi la population sera insuffisante. Une reine qui a plus de deux ans devrait être remplacée étant donné qu'elle a des chances d'essaimer. Les apiculteurs divisent les colonies pour remplacer les pertes hivernales, pour augmenter le nombre de ruches ou pour produire des nucléis pour leur utilisation ou pour la vente. Dans chacune de ces situations, il est préférable de prévoir une nouvelle reine.

La division d'une colonie ou la formation de nucléi peut permettre la naissance de reine à partir du jeune couvain. Une colonie remplacera sa reine de son propre chef ou si elle est enlevée par l'apiculteur. Une nouvelle reine naîtra dans ce cas aussi à partir du jeune couvain.

Il y a des inconvénients avec les reines produites dans la colonie. Aucun nouveau couvain ne naîtra pendant 41 jours au minimum, donc pendant plus longtemps que l'espérance de vie moyenne des ouvrières. Cela retarde sérieusement le développement de la colonie et réduira la récolte de miel. Des reines de qualité inférieure sont souvent produites. Aussi la plupart des apiculteurs obtiennent d'un éleveur des reines sélectionnées pour leurs performances ou ils élèveront eux-mêmes des reines en utilisant leurs meilleures souches.

punaise.gif (183 octets)Bref historique du remérage

Les Romains et d'autres ont essayé différentes méthodes. Vers la fin des années 1700, Huber a compris le comportement de l'abeille lorsqu'une reine était introduite dans une colonie orpheline. En 1817 Huish signale que les apiculteurs allemands pensaient que les abeilles pouvaient reconnaître une reine étrangère, ainsi ils ont enfermé la nouvelle reine dans une petite cage dans la colonie avant de la libérer.

L'introduction des reines en pratique courante a été développée il y a plus de 100 ans. Dans les années 1870, Frank Benton aux états-Unis a développé une cage de transport qui, bien que modifiée, est toujours d'utilisation courante de nos jours pour la capture, le transport et l'introduction des reines. Il y a un compartiment pour la reine et les abeilles accompagnatrices et un autre pour la nourriture sous forme de candi solide qui ne colle pas aux abeilles. En plus de la cage de transport de type Benton, un paquet de transport a été utilisé depuis les années 1950. Les reines sont placées individuellement dans les cages sans les accompagnatrices. Les abeilles en vrac dans la boîte accompagnent les reines. Cette méthode particulière est vendue sous le nom de cage de transport JZBZ. D'autres cartons de transport peuvent recevoir jusqu'à 156 reines. Dans ces boîtes, les reines n'ont pas de candi. Les abeilles accompagnatrices ont une source de nourriture qu'elles utilisent pour nourrir les reines. Ces cages à reines sont utilisées pour introduire les reines dans les colonies.

punaise.gif (183 octets)Conditions concernant l'introduction des reines

Bien qu'il soit impossible de concevoir une méthode d'introduction de reines qui serait infaillible dans toutes les situations, nous pouvons établir des règles éliminant dans la pratique les risques d'échec.

Une introduction réussie dépend de :

l'absence d'une reine ou de cellules de reine dans la colonie hôte,

la perte de la mémoire des ouvrières de leur reine,

l'âge des abeilles et la force de la colonie,

la similitude d'activité de la nouvelle reine et de l'ancienne,

l'élimination de la réaction de défense des ouvrières en libérant la reine lentement.

Une colonie orpheline désorganisée acceptera généralement une reine. Il y a une relation entre la durée de l'orphelinage et l'acceptation d'une reine. Quand la durée de l'orphelinage augmente, les ouvrières sont moins agressives et ainsi acceptent une reine plus volontiers.

Une reine introduite dans une colonie ne sera pas acceptée si une reine est déjà présente. Cette reine peut être une reine vierge ou une reine fécondée.

Présence d'une reine vierge

Une reine vierge non détectée peut être présente bien que les cellules royales aient été détruites avant l'introduction de la reine. Une cellule peut avoir été oubliée ou une reine peut être née d'une cellule édifiée avant. Une reine vierge et une reine non fécondée peuvent être présentes. L'apiculteur, voyant qu'il n'y a pas de couvain, tente d'introduire une nouvelle reine sans succès.

Présence d'ouvrières pondeuses ou d'ouvrières fertiles

Des ouvrières pondeuses se développent habituellement dans une colonie orpheline sans présence de jeune couvain à partir duquel produire une reine de remplacement. La présence d'ouvrières pondeuses est admise lorsque le couvain de mâles est présent dans les cellules de couvain d'ouvrières. Il est difficile d'introduire une reine fécondée dans une telle colonie.

Test de la présence d'une reine

Une colonie qui refuse d'accepter une reine devrait être testée pour vérifier la présence d'une reine vierge ou d'une reine fécondée, en insérant un cadre d'oeufs éclos. Si une reine est présente, aucune cellule royale ne sera construite. Si une reine n'est pas présente, les cellules royales seront construites en deux ou trois jours.

Présence de cellules royales dans l'introduction des reines

Une colonie orpheline commence généralement par produire des cellules royales en six à douze heures à moins que des cellules soient déjà en route. Snelgrove recommande la destruction de toutes les cellules royales avant la libération d'une reine encagée, bien que cela n'augmente pas nécessairement le degré de succès. Si une reine nouvellement introduite est libérée en quelques jours et commence à pondre peu après, les abeilles détruiront toutes les cellules royales présentes.

Une colonie apparemment orpheline

Les reines peuvent arrêter de pondre pendant les périodes prolongées de temps défavorable. L'absence de couvain peut laisser penser à un orphelinage. Les efforts pour introduire une nouvelle reine seront sans succès. Les suppléments de sirop et de pollen libérés pendant quelques jours devraient amener la reine, si elle est présente, à commencer à pondre.

Age des abeilles et force de la colonie

Les abeilles de moins de dix jours montrent moins d'agressivité et habituellement acceptent une nouvelle reine pratiquement immédiatement. Les abeilles plus âgées attaquent la nouvelle reine et la rejettent. Les abeilles de 14 jours montrent un taux plus élevé d'agressivité. Une colonie forte est plus encline à attaquer une nouvelle reine. L'introduction d'une reine dans un nucléus est plus facile. (Il est habituellement difficile d'introduire une reine dans une colonie établie).


Différentes cages pour l'introduction de la reine

punaise.gif (183 octets)Soins des reines à leur arrivée

Les reines qui ont voyagé ne devraient pas être introduites quelques heures après leur livraison. À leur arrivée, vérifier les reines et les abeilles accompagnatrices et enlever les cages avec des reines mortes. Les reines léthargiques, les reines blessées (peut-être une patte en moins) et les cages dans lesquelles les accompagnatrices sont mortes devraient être écartées pour observation ultérieure, introduction ou destruction. Si des tablettes d'Apistan sont présentes, il faut les enlever dès que possible

Il est souvent conseillé de se laver les mains minutieusement avant de toucher les cages et d'humidifier les abeilles. Les reines doivent être humidifiées en plaçant une goutte d'eau sur le grillage de la cage deux fois par jour. Ne mettez pas trop d'eau car l'intérieur de la cage peut devenir mouillé. Quelques auteurs recommandent d'utiliser une solution diluée de miel, mais un grand soin doit être apporté à cette technique sinon la reine deviendra collante. Quelques recommandations englobent l'apport d'antibiotiques dans l'eau pour le contrôle de la nosémose. Les reines doivent être gardées dans le noir, à une température de 22 °C ou au-dessus, sans courant d'air.

Une recherche récente a été menée en relation avec la température et l'humidité qui fournissent les meilleures conditions pour conserver les reines. Le rapport révèle que les reines maintenues pendant 60 heures à 30 - 35 °C sont acceptées à 100 % lors de l'introduction, celles maintenues à 20-25 °C sont moins bien acceptées. Celles maintenues à un taux d'humidité relatif de 10 % sont beaucoup mieux acceptées.


Les reines doivent être humidifiées en plaçant une goutte d'eau sur le grillage deux fois par jour
Il est nécessaire d'examiner la quantité de candi laissée dans chaque cage, spécialement si l'extrémité du candi n'est pas couverte. Si plus de la moitié du candi est laissée, les accompagnatrices peuvent consommer le candi et abandonner la reine si l'introduction tarde trop. Si la cage de transport est utilisée comme cage d'introduction et s'il ne reste qu'une petite quantité de candi, les abeilles peuvent consommer le candi en quelques heures, libérant trop tôt la reine qui sera certainement tuée. S'il ne reste que trop peu de candi, couvrez l'ouverture en insérant un bouchon de cage à reines et laissez-le en place pendant quatre à cinq jours après insertion dans la ruche

Les reines ne devraient pas rester plus de dix jours dans la cage de transport à partir de leur encagement jusqu'à leur introduction dans la colonie.

Conservation des reines

À la réception des reines, le temps peut ne pas être propice pour le travail des colonies et l'introduction. Ainsi les reines doivent être conservées quelque temps. Pour les conserver une petite colonie doit être réalisée. La colonie est essentiellement un nucléus sans reine et comporte au moins deux cadres avec du couvain ouvert, du couvain operculé et du couvain né, une bonne population de jeunes abeilles et beaucoup de miel et de pollen. Deux cadres supplémentaires d'abeilles sont secoués sur la colonie nouvellement constituée. La colonie est laissée dans le rucher où elle a été préparée. Les vieilles butineuses retourneront à leur ruche et les jeunes abeilles resteront pour prendre soin des reines.

Les cages à reines sont placées dans un cadre spécial qui expose le côté grillagé de la cage à la colonie d'abeilles. Le candi doit être bouché ou couvert de telle façon à ce que les reines ne puissent pas être libérées. Si la conservation doit se faire sur une longue période, un cadre de couvain avancé en provenance d'une autre colonie est ajouté toutes les semaines. Des reines encagées supplémentaires peuvent être ajoutées. Un nucléus de reine peut comporter jusqu'à 15 reines.

Quelques reines peuvent être gardées pendant un court laps de temps sur une colonie forte possédant déjà une reine. La reine de la colonie est confinée à une partie plus basse sous une grille à reine. Les accompagnatrices sont enlevées des cages à reines. L'extrémité du candi des cages doit être couverte pour empêcher la libération des reines et les cages sont placées grille vers le bas sur les espaces inter-cadres afin que les abeilles puissent nourrir les reines.

punaise.gif (183 octets)Préparation du remérage

Moment de l'année pour le remérage

La plupart des précautions d'emploi suggèrent que le meilleur moment pour introduire une nouvelle reine se situe pendant la grande miellée de printemps. Les températures modérées, l'absence de vent et d'orages sont des conditions propices. L'automne est également considéré comme une bonne période dans les régions où il y a une grande miellée. Les reines ne doivent pas être introduites lorsqu'il y a pillage.

Nourrissement au sirop


Un nourrissemenent au sirop de sucre est absolument nécessaire
Si les reines ont été introduites à un autre moment qu'à un moment idéal, un nourrissement au sirop de sucre est absolument nécessaire. Un sirop léger (1 part de sucre pour 2 parts d'eau) ressemblant au nectar, modère l'agressivité de la colonie. Le nourrissement devrait commencer deux jours avant l'introduction et continuer jusqu'à ce que les nouvelles reines aient pondu. Étant donné que la nouvelle reine et la colonie sont stressées au moment de l'introduction, le développement de la nosémose est possible. Dans les pays où l'utilisation des antibiotiques est autorisée, il est souhaitable de nourrir avec un antibiotique (au moins un nourrissement) avant ou au moment de l'introduction de la reine.

punaise.gif (183 octets)Introduction de la reine

Après le transport, les reines ne peuvent pas être libérées immédiatement dans une colonie qui a eu récemment une reine en ponte. Le comportement de la reine a une grande influence sur son acceptation. Le facteur probablement le plus important est la production et la distribution de phéromone royale. Dans un nucléus, la production de phéromone royale se développe au début de la ponte. La production de phéromone est interrompue lors du transport ; la reine qui arrive ressemble à une reine vierge quant à la production de phéromone. Les reines vierges ou nouvellement fécondées sont très nerveuses. Elles voleront si elles le peuvent, elles tournent sur les cadres et, si elles sont relâchées dans une colonie, elles seront tuées. Le poids et l'âge des reines peuvent être associées à la qualité et la quantité de phéromone. Ceci pourrait être important lors de l'introduction de la reine.

Une colonie qui a principalement du couvain operculé ou une colonie qui est orpheline risquent d'accepter une nouvelle reine. De nombreuses méthodes d'introduction reposent sur un confinement de la nouvelle reine suffisamment longtemps pour que les abeilles de la colonie réceptrice l'acceptent. La reine est libérée par les ouvrières de la colonie en éliminant le carton protecteur de la cage, en consommant le bouchon de candi mou ; elle peut aussi être libérée par l'apiculteur.

Préparation de la colonie pour accepter une nouvelle reine


La cage est placée entre les cadres dans une position verticale
La colonie doit avoir beaucoup de miel et de pollen ; fournissez des substituts de pollen si le pollen est en quantité insuffisante. S'il n'y a pas de miellée, commencez le nourrissement au sirop de sucre un jour avant l'introduction de la reine. La colonie qui recevra la nouvelle reine doit être orpheline au moins depuis six heures, mais de préférence 24 heures avant l'installation de la nouvelle reine. Il est plus sage de ne pas enlever la vieille reine jusqu'à ce qu'une nouvelle reine soit disponible. Certains recommandent l'introduction de la nouvelle reine dès que possible après la destruction de la vieille reine. D'autres ne sont pas de cet avis.

L'introduction des reines se fait mieux dans l'obscurité. L'usage de l'Apistan (fluvalinate) devrait être évité lors de l'introduction d'une reine et durant un mois.

Elimination des accompagnatrices de la cage à reine

L'élimination des accompagnatrices de la cage de transport avant l'introduction de la reine améliore le taux de réussite de l'introduction.

Les abeilles accompagnatrices sont enlevées de la cage à reine à l'intérieur d'une petite pièce. Humidifier la cage avec une solution de sirop léger avant de l'ouvrir. Les accompagnatrices déconcertées ne pourront pas voler mais sortiront pour inspecter les lieux. Tandis qu'elles sont dehors, laissez la reine à l'intérieur et refermez la cage. Pendant cette opération, la reine peut s'échapper si elle est suffisamment légère pour voler. Si la cage ouverte est restée à l'endroit où la reine s'est échappée, dans presque tous les cas elle retournera à la cage.

punaise.gif (183 octets)Méthodes d'introduction

Utilisation de la cage de transport

Les cages de transport semblables à la cage Benton sont couramment utilisées par les apiculteurs professionnels et sont efficaces lorsque de grandes quantités de reines sont introduites. Les cadres de couvain dans la colonie à remérer sont suffisamment espacés de telle façon à ce que le grillage soit accessible aux abeilles.

Si les accompagnatrices ne sont pas enlevées de la cage avant l'introduction, la cage est placée entre les cadres dans une position verticale, avec l'extrémité de candi au-dessus de telle façon à ce qu'une accompagnatrice morte ne puisse pas empêcher la sortie de la reine. Si les accompagnatrices ont été enlevées, la cage peut être placée l'extrémité du candi en bas pour empêcher le candi trop mou de tomber sur la reine.

Le facteur le plus important est l'exposition maximale du grillage de la cage aux abeilles. Si le grillage est placé horizontalement sur le dessus des cadres, seule une petite portion du grillage sera présentée aux abeilles. L'épaisseur de la cage empêche la remise en place correcte du couvre-cadres.

La recommandation d'utiliser une allumette en bois ou un clou pour faire un petit trou dans le candi, permettant aux abeilles de consommer le candi pour libérer la reine est mis en doute. Le danger est que si la moitié ou les deux tiers du candi ont déjà été consommés par les accompagnatrices, le reste du candi soit consommé en quelques heures, relâchant la reine trop tôt. Il est préférable d'augmenter le temps nécessaire pour relâcher la reine de quatre ou cinq jours.

Les apiculteurs qui veulent garder la nouvelle reine dans la cage pendant au moins trois jours disposent un bouchon de cage à reine ou un carton sur le candi, à l'extrémité de la cage. Trois à cinq jours plus tard, avec aussi peu d'agitation que possible, la ruche est ouverte et le bouchon ou le carton est enlevé. Si le candi est dur, un trou est alors effectué avec un clou. Après la libération de la reine la colonie est laissée tranquille pendant dix jours.

La cage d'introduction Miller

La cage est construite avec un grillage résistant à maille de 8 : 10 cm x 3,2 cm avec 8,5 mm entre les parois de la cage. Elle est faite en pliant le grillage sur un bloc de bois de taille convenable, ensuite en soudant la jointure. Une extrémité est recouverte de grillage, l'autre a un bouchon en bois qui est remplacé par le candi trois jours après. Comme la cage est plate, elle peut facilement être insérée entre les cadres et tenir avec des fils métalliques.

La cage autolibératrice

Avec cette méthode, la reine est libérée seule sur le couvain. La cage est placée sur la reine sur les cadres. Les jeunes abeilles naissantes prennent soin de la reine. L'introduction est prête lorsque la reine commence à pondre des oeufs. La cage peut être enlevée. La cage a des dimensions de 7,5 x 12,5 cm ou plus et au moins 2 cm de profondeur.

Libération de la reine

Au quatrième et même au cinquième jour, vérifiez le comportement des abeilles en dehors de la cage d'introduction. Si elles sont normales libérez délicatement la reine.

Si les abeilles s'accrochent à la cage et la piquent, ne relâchez pas la reine. Recherchez dans la colonie une reine vierge ou une reine nouvellement fécondée et enlevez-la. Trois ou quatre jours après, examinez la cage à nouveau et enlevez la cage si l'agression persiste.

Vérification après libération

Dans de bonnes conditions, la reine sera relâchée le cinquième jour. Environ dix jours après la libération, la colonie doit être visitée pour évaluer la performance de la reine. Y a-t-il des oeufs ou y a-t-il des cellules royales ? Vérifiez plus tard la densité du couvain : couvain en mosaïque, couvain de mâles mélangé avec couvain d'ouvrières...

punaise.gif (183 octets)Méthode de la cage autolibératrice

Cage autolibératrice

Cette cage est construite de la même manière que la cage normale, sauf qu'il y a un tube en métal rempli de candi aboutissant à la ruche. Après quelques jours le candi est consommé et la reine est relâchée. Une méthode très sûre est de placer la cage de transport à l'intérieur de la cage autolibératrice. Le bouchon, le carton, le candi et les accompagnatrices sont enlevés. La cage est placée avec le grillage vers l'extérieur, sur le couvain. La cage est ensuite placée sur la cage à reine. Le tube en métal doit être rempli de candi pour différer l'accès des abeilles.

Cage cylindrique

La cage cylindrique est construite dans un carré de 8,5 cm de grillage résistant à maille de 8 qui est pliée et soudée pour obtenir une forme de cylindre ; les extrémités sont fermées avec des bouchons en bois. La reine est mise dans le cylindre qui est placé sur le nid à couvain entre deux cadres de miel. Ces cadres sont poussés vers le cylindre pour qu'ils le maintiennent fermement.

La reine a accès au miel jusqu'à ce que les abeilles commencent à la nourrir. Le bouchon en bois est enlevé par l'apiculteur sous trois jours et remplacé par du candi ou un bouchon de papier que les abeilles peuvent enlever pour libérer la reine.

punaise.gif (183 octets)Méthodes sans cage

Sac en papier

Une nouvelle reine peut être introduite en utilisant un sac en papier de 20 cm sur 15 cm. Les abeilles (35-50) sont placées dans ce sac et vivement secouées pendant 30 secondes ; elles bourdonnent comme une colonie orpheline. La reine est placée à l'intérieur du sac avec les abeilles, le sac est fermé et placé entre deux cadres. Les abeilles de l'extérieur déchiquettent le papier, libérant les abeilles et la reine du sac. Souvent les instructions exigent de perforer le sac avec un outil pointu.

Méthode de l'enfumage

La colonie à remérer est orpheline et la nouvelle reine est autorisée à marcher à l'entrée de la ruche. Plusieurs bouffées de fumée froide et dense sont données à l'entrée de la ruche. Cette méthode fonctionne mieux lorsque la reine à introduire a été prélevée sur un nucléus et pond bien. La colonie réceptrice est nourrie avant et après l'introduction de la reine.

Méthode de l'aspersion


Le marquage des reines : une opération nécessaier
La colonie à remérer est orpheline. Le dessus et les faces des cadres du nid à couvain sont pulvérisés avec un léger brouillard de sirop léger de sucre. La reine dans sa cage est également aspergée. Ensuite elle est libérée sur le dessus des cadres. On lui donne une autre légère pulvérisation de sirop alors qu'elle passe entre les cadres.

En nettoyant le sirop de la reine, les abeilles enlèvent souvent quelques poils de son corps la faisant ressembler à une vieille reine. Cette méthode ne devrait pas être utilisée en cas de pillage. Quelques auteurs suggèrent l'utilisation de sirop parfumé à 1 %. Les parfums ou saveurs proposés sont la menthe, le citron, la vanille, la gaulthérie, l'huile d'anis ou la muscade. Une pulvérisation d'air frais à l'intérieur est couramment utilisée en Nouvelle-Zélande pour introduire les reines ou réunir les colonies.

Certains auteurs proposent de couvrir la nouvelle reine avec du miel avant de la lâcher sur un cadre avec de jeunes larves. La ruche est ensuite fermée avec un minimum de dérangements.

Méthode de l'eau de Snelgrove

Si les abeilles sont orphelines depuis plusieurs jours du couvain est mis dans la ruche un jour ou deux avant l'introduction de la reine. Si elles sont présentes, les cellules royales doivent être détruites avant l'introduction. La reine est placée dans de l'eau tiède jusqu'à parfaite humidité. Ensuite elle est lâchée immédiatement parmi les abeilles. La ruche est fermée avec soin et laissée pendant quelques jours.

Méthodes perturbantes

Une méthode est considérée comme fructueuse : après avoir trouvé et éliminé la vieille reine, les abeilles sont secouées devant la ruche. Lorsque les abeilles retournent à la ruche, la reine est placée parmi elles. Elle entrera avec les abeilles et habituellement sera acceptée.

punaise.gif (183 octets)Remérage avec cellules royales

Des essais ont été réalisés pour simuler la supersédure naturelle en utilisant des cellules royales sans enlever au préalable la vieille reine. Les cellules royales mûres âgées de 10 ou 11 jours sont introduites dans les colonies en plaçant la cellule juste au-dessus du nid à couvain. Quatorze jours après la nouvelle reine devrait pondre correctement des oeufs. Les taux de réussite vont de 12,7 % à 80 %. Dans un test sur trois ans bien conçu, seulement 12,7 % des colonies ont reméré avec succès.

punaise.gif (183 octets)Remérage avec un nucléus

Une très bonne méthode d'introduction de reine dans une forte colonie est d'introduire d'abord la reine dans un nucléus avec deux à cinq cadres de couvain, des réserves et des abeilles. Lorsque la reine a été complètement acceptée, le nucléus est réuni à la ruche à remérer.

Les reines sont plus facilement acceptées dans un nucléus et le pourcentage de réussite augmente si les abeilles du nucléus sont jeunes. Cette condition peut facilement être réalisée en laissant le nucléus dans le même rucher que la ruche mère étant donné que les abeilles plus âgées retourneront à cette ruche. Si deux cadres supplémentaires d'abeilles sont secoués dans le nucléus pendant la préparation, des abeilles en quantité suffisante resteront après le départ des plus vieilles abeilles.

Les reines sont introduites dans le nucléus en utilisant une cage de transport, une cage ou une autre méthode préconisée.

Lorsque la reine est acceptée dans le nucléus et qu'elle pond bien, le nucléus peut être réuni à une grande colonie à remérer après avoir nourri le nucléus pendant plusieurs jours avant la réunification avec un sirop à 40 % de sucre et 60 % d'eau.

Lors de la réunification, enlevez la vieille reine de la colonie à remérer et suffisamment de cadres pour que le nid à couvain puisse recevoir les cadres du nucléus.

punaise.gif (183 octets)Remérage d'une colonie ayant des ouvrières pondeuses

La réussite est augmentée en introduisant une reine dans une colonie avec des ouvrières pondeuses si les abeilles des rayons sont tout d'abord secouées sur le sol à une certaine distance de la ruche. Généralement on considère que les ouvrières pondeuses ne seront pas capables de retourner à la ruche. Les autres le peuvent.

Étant donné qu'il n'y a pas de couvain et que les abeilles sont âgées, cela aide grandement si deux cadres avec abeilles et couvain de tous âges sont fournis. Une reine est introduite au moyen d'une cage entre ces deux cadres. Cette méthode fonctionne à peu près bien s'il y a miellée. Sinon la colonie doit être nourrie.

punaise.gif (183 octets)Résumé des principaux points

Remérer et introduire des reines sont des opérations très importantes en apiculture. Il n'y a pas de méthode infaillible, mais en observant avec soin l'état de la colonie à remérer et en suivant scrupuleusement les méthodes d'introduction, le taux de réussite est bon.
Il est important de s'assurer que la colonie qui reçoit la nouvelle reine ne possède pas une reine fécondée, une reine vierge ou des ouvrières pondeuses. Toute cellule royale présente dans la ruche doit être enlevée.

L'introduction de la reine est meilleure lorsqu'il y a miellée, avec un nourrissement au sirop, lorsque la colonie est petite comme dans un nucléus et lorsque la population est faite principalement de jeunes abeilles.

Les reines expédiées doivent être lavées à leur arrivée et gardées dans le noir à 22 °C minimum. Si elles ne peuvent pas être introduites peu après leur livraison, elles devront être placées dans une banque à reines.

Les reines qui ont été transportées arrêtent de produire des phéromones et ne sont pas susceptibles d'être acceptées si elles sont introduites directement.

L'introduction des reines suppose l'utilisation d'une cage pour enfermer la reine, donnant aux abeilles le temps pour s'accoutumer à la nouvelle reine. En quatre ou cinq jours la reine est libérée par l'apiculteur ou se libère elle-même.

Tous les types de cage d'introduction ont des caractéristiques avantageuses. Les méthodes de libération directe demandent de l'expérience avant d'être utilisées de façon routinière.

La méthode la plus recommandée est la méthode du nucléus. La nouvelle reine est introduite dans un nucléus et laissée jusqu'à la ponte. La vieille reine est ensuite enlevée de la colonie à remérer et le nucléus avec la nouvelle reine est réuni à la colonie.

Pour atteindre un fort taux de réussite dans le remérage, il est essentiel de prêter attention et de comprendre le comportement de la reine et des abeilles.

Doug McCutcheon, Armstrong, BC, Canada
Traduction Michèle Faucon


Avec l'aimable autorisation de la revue

Logo FNOSAD (gif 9958 octets) post_it.gif (274 octets) Santé de l'Abeille

Quartier Chapitre
F-04500 Riez - FRANCE

Téléphone : +33 (0)4.92.77.75.72
Fax : +33 (0)4.92.77.81.00
Email : sante-de-labeille@wanadoo.fr
Web :  www.sante-de-labeille.com

exclamation.gif (7060 octets)

Abonnez-vous
dès
maintenant !


Réalisation : Gilles RATIA
Mise à jour : 03/04/02
APISERVICES - Copyright © 1995-2004
Haut de la page Haut de la page